Horoscope

POISSONS
19 FÉVRIER - 20 MARS

 

Roulade de courgette / Chair de tourteau / Pomme granny smith / Branche de céleri

Décoration

Notez cet article
(0 Votes)

Olga Andreevna Romanov réhabilite Provender’s House, Faversham, Kent

Olga Andreevna Romanov réhabilite Provender’s House, Faversham, Kent D.R.

La princesse Olga Andreevna Romanov nous reçoit dans sa maison du Kent, proche de Faversham et lieu de résidence historique de son père le Prince Andrei Alexandre Romanov et de sa femme Nadine McDougall, héritière d’une longue lignée d’aristocrates finlandais.

Depuis la sortie de son autobiographie «A wild and barefoot Romanov» (Histoire d’une Romanov pur-sang et nature), elle est particulièrement sollicitée pour promouvoir le livre dont la sortie a coïncidé avec la commémoration des 100 ans de l’abdication du Tsar Nicolas II en 1917 et surtout de son exécution avec tous les membres de sa famille par les bolchéviques en 1918. Il faut faire un saut dans l’histoire pour comprendre cette femme, petite-nièce du dernier Tsar de Russie, Nicolas II, l’une des dernières descendantes directes de la dynastie. Elle est encore jeune et paraît certainement moins que son âge, grâce à une vie de plein air à la campagne, un amour inconditionnel des chevaux et une motivation surhumaine à réhabiliter ce gouffre à travaux que représente Provender’s House, un pavillon de chasse établi depuis le XIIIème siècle avec ses 14 hectares de terrain et ses 30 chambres. Mais ne vous y trompez pas, un tempérament de fer et une détermination sans compromis se cachent derrière cette femme d’aujourd’hui imprégnée de son héritage aristocratique d’hier.

R.C.
​Lire la suite

Lu 1028 fois

Laissez un commentaire

(*)Mentions obligatoires

captcha...

Editorial

Le Liban parmi les cancres!

Grand branle-bas préélectoral dans certains quartiers de Beyrouth! Au programme, la réfection approximative (il faut le dire) des chaussées et trottoirs.

EXCLUSIF

Maison de joaillerie par Hind El Karout

Benjamine de feu Rafik Hariri, Hind n’avait que 20 ans quand son père a été assassiné. Elle quitte alors le Liban pour ne plus y retourner que de manière épisodique. En 2009, Hind Hariri fait un mariage d’amour en s’unissant à Anas El Karout. Leurs deux garçons de 7 et 8 ans n’ont donc jamais connu leur grand-père maternel… «Ils le portent dans leur cœur!», nous dit Hind avec tendresse.