Une histoire

Notez cet article
(0 Votes)

La renaissance de l’Art Déco

La renaissance de l’Art Déco D.R.

Quoique nettement délimité dans le temps – de 1910 à la fin des années 30 –, l’Art Déco, style typiquement français, s’est diffusé dans le monde entier. C’est dire le succès de cette tendance qui a succédé à l’exubérance de l’Art Nouveau, avec un retour vers la pureté des formes, tout à la fois géométriques et décoratives.

Les contemporains de l’Art Déco le surnommaient «style moderne». C’est le premier mouvement architecture-décoration qui a rayonné d’abord en Europe, puis dans les pays anglo-saxons jusqu’à atteindre l’Inde, la Chine – Shanghai, Hong Kong – voire le Japon.

Dès les années 1900-1910…
Un mouvement de réaction contre l’Art Nouveau apparaît dès le début du siècle en France, et encore plus tôt à l’étranger comme en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, qualifiant les formes Art Nouveau de «molles», de «style nouille». Ce désir de retour à l’ordre, à la symétrie et à la sobriété, prendra différentes expressions selon les pays. En Autriche, la ligne ondoyante des premiers temps de l’Art Nouveau est rapidement remplacée par un réseau de lignes orthogonales (à angle droit) et de volumes simples sous l’influence de l’architecte et designer écossais Charles Rennie Mackintosh. Les artistes emblématiques de cette tendance sont Josef Hoffmann, Otto Wagner et ceux de l’atelier Wiener Werkstätte. À Bruxelles, la réalisation par Josef Hoffmann du Palais Soclet, cet édifice, aux lignes géométriques, révolutionnaire à l’époque des méandres de l’Art Nouveau, ouvre l’ère Art Déco avec vingt ans d’avance sur son temps. En France, les premiers signes de cette volonté de changement sont perceptibles dès les années 1900. En 1907, Eugène Grasset donne la part belle aux formes géométriques et à ses déclinaisons. L’année suivante, Paul Iribe –dessinateur, illustrateur de mode, décorateur et l’un des précurseurs de l’Art Déco, compagnon de Gabrielle Chanel – dessine pour Paul Poiret un album de mode dont l’esthétique frappe le milieu parisien par sa nouveauté. Troisième événement important, le Salon d’Automne de 1910 ouvre ses portes aux artistes munichois qui depuis plusieurs années avaient adopté des formes strictes et dépouillées. Toujours autour de 1910, les décorateurs français font eux aussi évoluer leur style vers davantage de rigueur et de retenue. Même la typographie des signalisations, des réclames affichées et des enseignes suit la tendance. Sur le plan architectural, entre 1910 et 1913, s’ouvre le chantier du Théâtre des Champs-Élysées, autre signe du changement esthétique radical que connaît le milieu parisien d’alors. La composition rigoureuse de la façade et la place mesurée laissée au décor frappent les esprits lors de l’inauguration en 1913. Henri Sauvage renouvelle depuis le début du siècle les repères formels architecturaux par des immeubles à gradins, typiques de l’Art Déco.
L’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes organisée à Paris en 1925 marquera la consécration de l’Art Déco.

Que dit l’Art Déco?
L’Art déco, c’est d’abord… des arts décoratifs! C’est donc de l’architecture et du design. Il exprime avant tout, le rejet des formes de l’Art Nouveau asymétriques, polychromes, pittoresques, avec des formes végétales, organiques et des arabesques. Il appelle à une «simplicité volontaire», à une «matière unique» et à une «symétrie manifeste» tout en s’inspirant des mouvements artistiques contemporains: les couleurs vives des ballets russes et du fauvisme, les formes géométriques du cubisme, du futurisme et du constructivisme.

L’Art Déco veut s’inscrire à la fois dans la grande tradition française des arts appliqués et être contemporain. C’est là toute son ambiguïté. Il exhorte les artistes à s’inspirer du classicisme du XVIIème siècle marqué par «la clarté, l’ordre et l’harmonie». Ce style englobe une multitude d’artisanats tels les tapisseries, tapis, brocarts, orfèvrerie, fer forgé, émail, marqueterie, céramique, mosaïque et le travail du verre et du cristal. Il concerne aussi l’architecture dans son ensemble. La France d’après-guerre connaît un regain économique qui permet aux artistes décorateurs et architectes Art Déco de reconstruire les quartiers détruits de Paris et de sa région.

Au cœur de Paris
Lieux culturels, lieux de spectacles, cinémas, habitations, piscines, magasins, restaurants, jardins… Paris Île-de-France fourmille de lieux emblématiques de ce courant artistique. On pense avant tout au quartier de la Tour Eiffel avec aussi au Palais de Chaillot – dont la décoration intérieure, effectuée par 71 peintres et sculpteurs, présente une large palette de toutes les tendances de l’Art Déco – et le Palais de Tokyo. Viennent ensuite, les Folies Bergère, le Grand Rex, ou encore des quartiers plus populaires dans le XVIIIème arrondissement avec le Louxor palais du cinéma, la Piscine des Amiraux, une pièce maîtresse du patrimoine architectural parisien réalisée par l’architecte Henri Sauvage. Autour de la Porte Dorée, le Palais de la Porte Dorée, construit dans la continuité du mouvement Art Déco à l’occasion de l’Exposition Coloniale de 1931 par l’architecte Albert Laprade, accueille aujourd’hui le Musée de l’Histoire de l’immigration.

Lire la suite

Lu 456 fois

Laissez un commentaire

(*)Mentions obligatoires

captcha...

Editorial

Ma maison mon point d’ancrage

Aujourd’hui, à l’ère de la modernité, les gens bougent, se déplacent, voyagent, et s’adaptent à ce nouvel art de vivre appelé mobilité. Dans cet immense village qu’est devenu la Terre, nous évoluons dans l’espace technologique cultivant une relation fusionnelle avec nos portables et nos tablettes devenus les gardiens de nos souvenirs, de nos envies et de nos aspirations… Nous faisons salon sur la Toile, nous communiquons, achetons, vendons, organisons des rencontres et plus sur les réseaux qualifiés de «sociaux».

EXCLUSIF

Un architecte en quête de lumière…

Il n’est pas donné à tout architecte de construire avec son cœur. Georges Béchara fait partie de ces rares esthètes qui sont au service du beau tout en restant soucieux de préserver l’environnement. En amoureux de la nature, il conçoit des projets en fusion avec la terre qui les abrite. En osmose parfaite avec les quatre éléments indispensables à toute harmonie de vie.