Horoscope

TAUREAU
21 AVRIL - 21 MAI

 

Artichauts frits à la romaine

Backstage

Notez cet article
(0 Votes)

Mirae la nouvelle aventure de Tara Jarmon

Mirae  la nouvelle aventure de  Tara Jarmon D.R.

Pendant trente ans, Tara Jarmon a œuvré au sein du studio de sa marque éponyme. Mais la Maison Tara Jarmon ayant été vendue l’année passée, sa fondatrice n’en fait plus partie. Il n’a fallu que quelques mois à la créatrice pour que la mode lui manque au point de se lancer à nouveau dans une nouvelle aventure. Son nom étant devenu une maison de mode renommée, elle s’attèle à trouver un autre nom à la nouvelle marque qu’elle vient de lancer avec sa fille Camille et son amie Edith.

 

De l’union des trois est née MIRAE, un mélange de lettres glanées dans les prénoms des trois fondatrices: MI de CaMIlle, RA de TaRA, E d’Edith. «Nous nous sommes rendu compte que MIRAE avait un sens dans certaines langues», explique Tara avant de préciser, «cela veut dire étonnant ou charmant en latin et futur en coréen. J’aime bien cette idée de Futur!»

Le concept de MIRAE a germé dans l’esprit de Tara en partie grâce à sa fille Camille qui avait déjà passé quatre ans dans le département marketing de la Maison mère. Un concept basé sur la vente en ligne; pas de boutique, pas de stocks énormes et surtout plus de contraintes liées aux épuisantes fashion weeks. Des collections capsules sont proposées tout au long de l’année. Environ 7 lignes sur des thèmes divers selon l’humeur.

La première collection a été dévoilée dans deux pop-up stores, l’un dans le chic Faubourg Saint-Honoré, et l’autre au cœur du Marais branché. Des silhouettes vaporeuses, gaies et festives. «Ce sont des robes que l’on aimerait porter au mariage de sa meilleure amie!», s’exclame Camille.
Une création multi-générationnelle à l’image des trois fondatrices: Camille la vingtenaire, Edith la trentenaire et Tara la pétillante quinqua!

Quelle est la cliente cible de MIRAE?
Camille Jarmon. Quand nous élaborons la collection nous pensons à nos amies et on se dit: «Oh, telle amie aimerait tel modèle...» Nous créons donc pour nos amies respectives qui appartiennent à des tranches d’âge différentes qui vont de la vingtaine à la cinquantaine!

Qui fait quoi chez vous?
Tara Jarmon. Edith est la directrice artistique. Camille s’occupe du marketing et moi je coordonne le tout!

Comment vous habillez-vous au quotidien?
Tara Jarmon. Plutôt de manière décontractée. Je travaille de chez moi pour le moment, ça change tout! (Rires) Je savoure le fait de ne pas avoir à m’apprêter tous les jours et ne plus être dans la représentation!

Avec MIRAE vous semblez être plutôt dans les coulisses… Mais votre nom Tara Jarmon ne vous aide-t-il pas à attirer l’attention sur votre nouvelle marque?
Tara Jarmon. Oui bien sûr! D’ailleurs pour notre première présentation dans le pop-up store près de la rue Saint-Honoré, nous avons eu beaucoup plus de visites de clientes et de médias que nous ne l’avions espéré! Nous en sommes ravies! Le problème est que les gens confondent les deux marques et parfois pensent que MIRAE est une sous-marque de Tara Jarmon! (Rires)

Que connaissez-vous du Liban?
Tara Jarmon. Lorsque j’étudiais les relations internationales à l’Université Américaine de Paris, il y avait beaucoup d’étudiants libanais. Les Libanais sont tellement gais, chaleureux… et beaux!

Camille Jarmon. Oh oui! Ils sont beaux!!! (Rires) Ils ont aussi beaucoup d’humour…

Tara Jarmon. … Et ils sont intelligents! J’avoue que les femmes libanaises sont très belles et élégantes. Et puis elles ont de si beaux cheveux! Il paraît qu’elles sont séductrices aussi! (Rires) Je me rappelle qu’un jour j’étais dans un café dans le 16e arrondissement et à la table d’à-côté il y avait deux Libanais très avenants avec lesquels j’ai discuté. Puis lorsque j’ai demandé l’addition, je me suis aperçue qu’ils l’avaient déjà réglée! (Éclat de rire) J’ajoute donc que les Libanais sont généreux!

Quelle robe de votre collection serait parfaite pour une jeune femme libanaise?
Camille Jarmon. Les Libanaises sont toujours élégantes et apprêtées; elles sont bien coiffées, avec les ongles impeccables… Je verrais bien une Libanaise arborant la robe Victoire avec les pois.

Tara Jarmon. … Ou la robe Isabella avec les volants!

Envisageriez-vous un pop-up à Beyrouth?
Tara Jarmon. Ce serait génial! J’adorerais découvrir le Liban et y présenter MIRAE dans le cadre d’un
pop-up store.


R.C.

 
Plus dans cette catégorie : « Haké Rjel de Lina Khoury

Laissez un commentaire

(*)Mentions obligatoires

captcha...

Editorial

Faites votre choix

Réjouissons-nous! Nos élus potentiels ont du talent! Un incroyable talent! Ils sont passés maîtres dans l’art de la séduction… Il suffit de voir leurs faces en format XXL, bien photoshopées, qui ornent les moindres coins et recoins de la ville et du pays pour tomber sous leur irrésistible charme! Il y a le vrai, le faux, le laid, le beau, «le dur, le mou, le gros touffu, le p’tit joufflu»… (avec la permission de Pierre Perret!) Des portraits à faire pâlir d’envie les George Clooney, Brad Pitt et autres beaux gosses.

EXCLUSIF

La danse avant toute chose

Elle a du tempérament, Georgette Gebara, et de l’audace! Celle qui a donné ses lettres de noblesse au ballet libanais a su conserver une incroyable énergie et une surprenante jovialité communicative. Elle vient d’être honorée par le Maqamat Dance Theatre, dans le cadre de la 14ème édition de Bipod-Beirut International Platform of Dance, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Musée Sursock. Avec des histoires et des émotions plein la mémoire et le cœur, elle raconte son parcours.